Mes idées de « résolutions » artistiques pour 2020

Personnellement, je n’aime pas le principe des “bonnes résolutions”, qui sous-entend qu’il faille « corriger » notre  comportement . Je préfère nettement envisager ce début d’année – et de décennie, qui plus est ! – comme une occasion d’essayer de nouvelles choses et de faire de nouvelles expériences.

Comme vous le savez, je me passionne pour les musées et les expositions, et j’aime partager mes découvertes avec vous. Or, l’un des plus grands enjeux pour moi est de constamment renouveler mon approche pour garder un regard “frais”, mieux satisfaire ma curiosité et tout simplement m’amuser davantage !

Voici donc pour 2020, au lieu de résolutions, cinq invitations ou propositions qui pourront vous permettre de faire de nouvelles expériences artistiques, que vous soyez  ou non un.e habitué.e des musées. Les bienfaits de ces derniers ne sont d’ailleurs plus à prouver: les visites de musées peuvent depuis 2018 faire l’objet de prescriptions médicales au Canada!

Oser visiter un musée ou une exposition qui ne vous tente pas a priori

Musée de la Chasse et de la Nature Ape Installation
Musée de la chasse et de la nature, Paris.

Pendant longtemps, j’ai refusé de me rendre au Musée de la chasse et de la nature, alors même que plusieurs personnes m’en avaient fait l’éloge. Repoussée par sa thématique, je pensais n’y trouver que des armes, massacres et autres trophées de chasse. J’avais tort! Lorsque j’ai finalement poussé la porte, j’ai découvert un musée ludique à la muséographie innovante, rassemblant des objets de toutes époques, et notamment une vraie ouverture à l’art contemporain. Actuellement fermé pour travaux d’agrandissement, le Musée de la chasse et de la nature rouvrira à l’automne 2020 – et je me précipiterai pour le redécouvrir.

Osez vous rendre dans un musée ou une exposition qui ne vous attire pas d’emblée. Au-delà de la délectation, l’art sert aussi à nous faire réagir, à piquer notre curiosité et à interroger notre manière de voir le monde. Confrontez l’expérience à vos attentes (ou vos a priori) et interrogez-vous sur ce qui vous déplaît réellement, et pourquoi. Vous pourriez avoir de belles surprises !

Visiter une exposition avec quelqu'un...

Au fil des années, j’ai visité des expositions avec beaucoup de personnes différentes. J’aime voir les œuvres à travers les yeux des autres. J’apprends beaucoup en écoutant quelqu’un me parler d’une œuvre et m’expliquer pourquoi elle lui plaît (ou déplaît). A l’inverse, cela me permet de verbaliser clairement mes propres impressions et à les développer.

Le grand avantage de faire une exposition accompagné.e est la possibilité d’échanger – avant, pendant et après la visite. Discuter d’une œuvre avec quelqu’un en direct permet d’apercevoir des détails qui n’auraient autrement pas retenu notre attention, ou de faire des liens auxquels nous n’aurions pas pensé. Peu importe, d’ailleurs, d’être toujours d’accord! Il s’agit plutôt d’animer l’œuvre par différents biais, comme l’envisageait Picasso lorsque ce dernier affirmait : « Un tableau ne vit que par celui qui le regarde ».

adam asindirmak asinmak bina 2372935

...ou, si vous avez déjà l’habitude d’être accompagné.e, le faire seul.e !

Lorsque je visite un musée ou une exposition, j’apprécie ma tranquillité et déteste me sentir pressée. Aussi, être accompagnée n’est pas toujours la meilleure option pour moi. Rien de mieux, parfois, que d’être seul.e pour profiter des œuvres, choisir son itinéraire en suivant ses envies, quitte à changer d’avis en cours de route,  à s’attarder, ou à passer son chemin si l’humeur est à une visite rapide.

Je profite souvent d’être seule pour m’amuser à sélectionner les œuvres que je souhaiterais ramener chez moi et placer dans mon musée imaginaire, ou à ne pas lire les cartels pour deviner les titres. J’aime également me laisser inspirer par un détail, et le dessiner ou le peindre plus tard – c’est l’un des meilleurs moyens que j’ai trouvés pour apprendre à connaître intimement une œuvre. Ci-dessous, un exemple: éprise du chien du tableau d’Antonio Moro, Le Nain du Cardinal de Granvelle, j’ai souhaité en faire ma propre version, différente de l’original!

Cardinal Granvelles Dwarf
Antonio Moro, Le Nain du Cardinal de Granvelle, vers 1560. Huile sur bois, 126 x 92 cm. Musée du Louvre, Paris.
83006367 203829614083198 8227525144189337600 n
Mon interprétation du chien réalisé à l'huile sur toile de lin.



Prendre le temps de visiter l-e-n-t-e-m-e-n-t…

A Paris comme dans toutes les grandes villes, le rythme de vie est rapide ! Nous nous hâtons toute la journée pour nous rendre à nos rendez-vous divers et variés. Aussi, il est facile de se laisser prendre dans cet engrenage et de « faire » une exposition à toute vitesse, comme s’il s’agissait d’une nouvelle tâche à accomplir. Saviez-vous qu’en moyenne, un visiteur ne passe que 15 secondes à regarder une œuvre d’art ?

Or, il y a beaucoup à gagner à de ralentir la cadence pour laisser les œuvres se révéler à nous. C’est ce qu’on appelle le « slow art » (rendez-vous, d’ailleurs, en 2020 pour des projets en ce sens !). Pour ce faire, profitez des nocturnes ou jours de moins grande fréquentation et laissez-vous guider par une œuvre qui vous attire. Regardez-la plusieurs minutes, en pleine conscience, prenant le temps de contempler tous ses détails, et observez vos sensations… vous pourriez être étonné.e de tout ce que vous ressentez !

83058932 1050651118601367 6600207072762003456 n
Le Buddha protégé par le Nāga, fin XIIe - début XIIIe siècler. Temple Preah Khan, Kompong Svay. Grès. Musée national des Arts Asiatiques - Guimet, Paris.

Chercher l’art dans des lieux inattendus

Avez-vous remarqué que, lorsque nous visitons un lieu, une sorte d’interrupteur s’allume et nous commençons subitement à observer les objets avec attention. Et dès que nous avons franchi la porte de sortie, c’en est fini et notre regard redevient automatique. Pourtant, il suffit parfois de lever les yeux pour découvrir des trésors cachés… ou tout simplement discrets !

Dernièrement, en marchant davantage et en empruntant des itinéraires différents, j’ai ainsi pu découvrir des façades d’immeubles aux formidables détails sculptés, que je n’avais jamais vus. Je me suis donc fait la promesse de recommencer le plus souvent possible, d’autant que l’architecture parisienne cohabite très souvent avec des œuvres de street art, constituant un musée à ciel ouvert, gratuit et accessible à tous ! Je vous proposerai en 2020 des rendez-vous pour découvrir ensemble ce patrimoine urbain dynamique, inventif et souvent ludique lors de visites de quartiers de Paris parisiens (abonnez-vous à ma newsletter pour rester au courant des dernières visites).

P1070101 1 2
Entrée d'immeuble, rue Clapeyron, 8ème arrondissement de Paris.

Finalement, je me rends compte que mes préconisations ont en commun qu’elles encouragent à regarder davantage et plus longuement autour de soi, pour se laisser inspirer… Tout un programme ! Et vous, quelles sont vos "résolutions" artistiques pour 2020?

Vous avez une demande spécifique pour un contenu? Contactez-moi afin de me soumettre vos propositions et vos idées 

Laisser un commentaire